La médecine dentaire holistique

Qu’est ce donc?

Le terme de dentisterie holistique regroupe un certain nombre de thèmes variés et différents. En quelques actions, on pourrait la décrire comme :

– Prévenir la maladie au lieu d’être contraint de la guérir

– Utiliser le laser pour des soins dentaires plus doux, plus efficaces

– Réaliser des couronnes, des facettes et des bridges

– Déposer des amalgames nécessaires avec un maximum de précautions

– Ne pas utiliser de matériaux contenant du mercure, ni aucun susceptible d’altérer le système immunitaire et endocrinien du patient.

– Avoir recours à d’autres spécialistes ou spécialités afin de soigner de façon cohérente l’intégralité de la personne

Contrairement à la dentisterie traditionnelle, la médecine dentaire holistique n’utilise ni mercure ni fluor. Elle insiste sur l’utilisation de matériaux biocompatibles afin de fabriquer les obturations des caries. Elle prend également en considération tous les aspects de la santé de l’individu.

Une carie, par exemple, signale un déséquilibre plus général dans l’organisme, et une dent malade peut être à l’origine d’autres problèmes dans le corps. La médecine dentaire holistique privilégie également une alimentation saine et diverses approches complémentaires, comme la médecine énergétique, l’aromathérapie, l’homéopathie, et l’ostéopathie, afin de traiter les problèmes de santé.

A noter que les dentistes holistiques refusent l’utilisation de la fluoration de l’eau car il y a plusieurs effets secondaires. Ils ont résolu de ne pas utiliser d’amalgames au mercure afin d’effectuer les obturations des caries, par crainte d’intoxications systémiques et endocriniennes. Les amalgames au mercure, de couleur argent, appelés couramment « plombages » (qui malgré leur nom, ne contiennent pas de plomb mais un alliage de métaux), sont utilisés par les dentistes depuis presque 200 ans.

La santé court elle un risque?

Le débat sur la toxicité du mercure dure depuis presque deux siècles.

Afin de contrôler notre état de santé, on peut faire des analyses pour vérifier si un début de maladie ne viendra pas troubler le quotidien. Mon confrère le Dr Jean-Pierre Willem, m’a rendu visite (Dr Davidas, dentiste holistique à Paris). Ayant un oligoscan (un appareil qui détecte les métaux lourds), le résultat a été sans appel :

Malgré une alimentation saine, 90% de l’organisme contient ces métaux toxiques. Cela s’explique par le fait qu’il mange beaucoup de poisson. En effet, les crustacés et poissons sont inondés de ces métaux. D’ailleurs des milliers de produits toxiques font partis de notre environnement, ce qui a pour effet que la moindre action du quotidien (Manger, respirer, se soigner…) nous fait polluer d’une manière ou d’une autre.

Selon l’analyse, la manière de limiter la casse serait d’éviter le plus possible le mercure, le cadmium, l’arsenic et le nickel. A noter que bien prendre soin de son système digestif (intestin, foie et émonctoires) aide à lutter plus efficacement contre ces « fléaux ».
Jusqu’à présent, la médecine dentaire holistique a fait l’objet de très peu de publication scientifique évaluant ses bienfaits spécifiques sur la santé buccale et dans le traitement de divers problèmes de santé.

Vers une interdiction du plombage?

Le Parlement Européen, après une réunion avec la Commission Européene et le Conseil relatif au mercure, a présenté un projet de loi qui interdirait les amalgames dentaires utilisant du mercure dans certaines conditions. D’après le parlement « Le mercure, qui peut avoir des conséquences extrêmement négatives sur la santé, est l’une des dix substances les plus polluantes au monde ».

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère le mercure comme étant un des dix produits chimiques de préoccupation majeure pour la santé publique. Avec ses divers composés, il présente une série d’effets graves sur la santé et est particulièrement nocif pour le système nerveux, la thyroïde, les gencives, les reins, les yeux,les poumons, le système immunitaire, et la peau. Il peut entrainer des pertes de mémoire ou des troubles du langage.

Cette mesure a pour but principal de protéger les personnes les personnes les plus vulnérables: Les foetus, nourrissons et jeunes enfants. Ces précautions sont venues à l’ordre du jour car depuis plusieurs années, de plus en plus d’experts alertent sur les dangers du mercure.

Pour lutter contre ce danger, 128 Etats (dont ceux de l’Union européenne) ont signé le traité de Minamata. La Convention de Minamata est devenue depuis le 16 août 2017 juridiquement contraignante pour toutes les parties impliquées. La première conférence des parties à la Convention Minamata s’est tenue à Genève en Suisse du 24 au 29 septembre 2017. Elle a été capitale pour définir la manière dont le traité sera adopté et mis en œuvre au niveau technique, administratif et opérationnel. Un décret interdisant le plombage sera mis en place à partir de 2020.

Leave a reply